Actualités

30 Septembre 2022 A la une

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) également appelée responsabilité sociale des entreprises est définie par la commission européenne comme l'intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes.

En d'autres termes, la RSE c'est la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable.

Une entreprise qui pratique la RSE va donc chercher à avoir un impact positif sur la sociététout en étant économiquement viable.

Comment se positionne le Groupe Réside Études sur le sujet ? Pour tenter d'y répondre, nous sommes allés à la rencontre de notre collaboratrice : Clarisse Fosty.

- Bonjour Clarisse, pouvez-vous s'il vous plait vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, cela fait maintenant 16 ans que je fais partie du Groupe Réside Études.

J'ai d'abord entamé ma carrière en tant que Adjointe au Responsable de résidence lors de l'ouverture du RESIDHOME APPARTHOTEL 4 étoiles de Massy.

J'ai ensuite eu la chance à la fois de pouvoir évoluer au poste de Responsable de résidence et de me confronter à de multiples challenges en exerçant mon métier pour différentes résidences. (Residhome Paris-Massy, Residhome Paris-Evry, Residhome Paris-Opéra)

Après quelques années, une opportunité de poste s'est présentée et ma direction m'a fait confiance : je suis donc devenue Directrice régionale Île-de-France Est.

Cela fait maintenant plus de 6 ans, que j'ai la chance de m'épanouir dans cette mission de gestion des résidences mixtes hôtelières Sejours & Affaires Apparthotels et les résidences étudiantes des marques Les Estudines et Stud'city.

Mon poste consiste à piloter des résidences qui sont dans mon périmètre en accompagnant les équipes terrains, dans des domaines très variés : analyse des comptes d'exploitation, vérification des évolutions de chiffres d'affaires et de l'optimisation du remplissage, suivi des opérations sur site, veille de la qualité et développement du produit, gestion RH,  conseils si besoin auprès des directeurs de sites, animation, coordination, délégation, contrôle des opérations de rénovation ou gros travaux de maintenance, ouverture des nouvelles résidences, etc…

Au quotidien, j'essaie de rester proche des équipes sur sites. L'humain est essentiel. Je cultive le souhait d'entre-aide et de solidarité entre collègues et résidences.

A date, ce sont 26 résidences et environ 4700 lots qui sont sous ma responsabilité.

- Aujourd'hui, on entend beaucoup parler de « RSE » et de « développement durable » mais le discours reste parfois flou pour certains. Que signifie s'engager dans la RSE selon vous ?

La RSE inclut de nombreuses notions : la bonne gouvernance, les droits de l'homme, les conditions de travail, les bonnes mœurs quant à la pratique des activités, la responsabilité environnementale, la responsabilité envers les consommateurs, le développement local. C'est très large.

A mon sens, pour s'engager dans la RSE, il ne faut pas en faire un simple phénomène de mode.  

Il vaut mieux engager le collectif dans la durée, pour bien faire les choses, et non des actions rapides uniquement pour répondre à une exigence temporaire qui seraient contre-productives.

Il s'agit d'une démarche sincère, constructive et pérenne à mettre en place pour être transparent vis-à-vis de nos clients, partenaires, investisseurs, collaborateurs.

On avance avec humilité mais pour les actions concrètes, on travaille sur : la réduction des énergies (révision de nos installations électriques (passage en led et détecteur de présence dans les circulations), la réduction des déchets, le recyclage de notre mobilier, la réduction de consommation d'eau (réducteurs de débit), les méthodes de rénovation, la chasse au gaspillage, les achats plus locaux/ bio /ecolabel, l'adaptation au développement des modes de transport, l'aménagement et l'utilisation d'espaces verts, etc…

Finalement, la « RSE » est juste un retour aux sources… nos « grands-parents » prenaient généralement mieux soin des autres, de la Nature, et de leurs affaires ; on doit juste réapprendre à bien faire avec le monde moderne actuel.

 

 - Pouvez-vous nous parler du label « Clef verte » ?

La Clef Verte est le premier eco label de tourisme durable pour les hébergements touristiques et les restaurants.

Après une étude sur le marché fin 2019, nous en sommes arrivés à la conclusion qu'il s'agit d'un label reconnu, bien référencé sur le marché français et reconnu à l'international.

Pour pouvoir obtenir ce label, vous vous devez de respecter une charte avec des critères d'engagement et opérationnels.

Aujourd'hui, nous avons lancé une première démarche test en vue d'atteindre notre objectif : obtenir la première labélisation sur une de nos résidences.

Grâce à Monsieur Kabbadj (Directeur d'exploitation Ouest), nous avons fait en amont un travail de réflexion de fond sur tout ce qui est développement durable et sur la notion de RSE. En effet, il y a déjà plus de 2 ans et avec tous les Directeurs régionaux de la zone ouest, nous avions créé une charte et étions arriver à la conclusion suivante : pour faire valoir nos actions et communiquer dessus, nous avons besoin de l'obtention d'un label qui sera gage de qualité.

La démarche Clef Verte a commencé en toute fin d'année dernière et nous avons décidé d'un commun accord avec l'ensemble des Directeurs régionaux de se concentrer en priorité sur un Residhome 4 étoiles qui, de par les critères de classement, est plus à même de répondre rapidement et favorablement aux exigences Clef Verte.

L'idée était donc de concentrer nos efforts sur un premier établissement : le Residhome d'Issy les Moulineaux qui devrait être labélisé d'ici fin d'année.

Nous espérons cette première labélisation pour la dupliquer ensuite sur nos autres résidences.

Et beaucoup d'autres établissements n'attendent pas une éventuelle labélisation pour améliorer leurs pratiques.

 

- Pourquoi avoir décidé de déployer une solution RSE dans les résidences ?

D'abord par conviction personnelle et collective. Après les épisodes des gilets jaunes, les marches pour le climat, la convention citoyenne, le covid, et le dérèglement climatique, on ressent une réelle demande et attente de la société.

Ensuite, parce que notre législation avance de plus en plus ; il vaut mieux être pro-actif.

De plus, vous le savez sûrement lors de nos appels d'offres commerciales, nous sommes soumis à des exigences de précision de réponse vis à vis des clients pour pouvoir être sélectionné en tant que fournisseur. Une forte demande de nos équipes commerciales se ressent pour que nous puisons leur fournir des informations précises et qu'ils puissent par la suite répondre aux appels d'offres.

Aujourd'hui, au-delà du côté humain et bien être, c'est un réel enjeu financier. Si nous ne continuons pas nos efforts, alors nous risquons d'être moins compétitif et de perdre des parts de marché.

Nous ne sommes pas encore soumis à des réglementations strictes mais la concurrence est déjà féroce sur le sujet; certains d'entre eux sont déjà labélisés.

 

- Quelles sont vos prochaines priorités/objectifs en matière de RSE que vous vous fixez ?

Il s'agit de mettre maintenant en application les points que nous avons priorisé sur notre charte et les critères écolabels qui nous ont été conseillés, mêmes si nous ne sommes pas (encore) soumis à un quelconque contrôle. Uniformiser les process est une longue et lourde tâche pour les équipes mais nous y travaillons quotidiennement et je suis optimiste.

D'ailleurs, j'en profite pour remercier Nanaa BOUIMA (Responsable de résidence Saint Mandé) pour son aide, son implication dans le suivi et la gestion d'appels d'offres.

 

- Justement pour que le collectif agisse dans cette démarche comment faites-vous pour préserver l'implication des managers?

 

Il faut arriver à travailler en collaboration avec toutes les équipes terrains, les faire participer, recueillir les bonnes pratiques, trouver des solutions.

Ensuite il faut lister les priorités. Tout ne peut pas changer du jour au lendemain.

Il sera nécessaire dans un futur proche de lister, coordonner toutes les actions et d'établir des plans d'action nationaux. Des référents devront certainement être nommés pour fluidifier la communication interne.

Les managers sont en général très volontaires et savent très bien combien ces notions sont importantes à développer.

 

- Selon vous, quel lien faites-vous entre les notions de « RSE » et de « Management » ? Pensez-vous qu'elles seront indissociables dans un futur proche ?

 

Cela est aujourd'hui indissociable pour moi car naturellement, je ne conçois plus l'inverse. On évolue tous.

Dans le management et RSE, la notion de « bien être » est primordiale (sans pour autant faire de compromis sur le niveau d'exigence dans le travail) : je souhaite que nos collaborateurs soient heureux et épanouis.

Le fait de développer des valeurs communes ne peut qu'amener davantage de cohésion et d'émulation dans le travail.

- Alors que la RSE a le vent en poupe, pourquoi est-il si important pour une entreprise de chercher à porter le message auprès de ses équipes et comment doit-elle s'y prendre ?

Par rapport au marché du travail, à la concurrence, au climat, il est absolument nécessaire de prendre le train en marche.

La RSE contribue à l'attractivité de l'image du Groupe Réside Études et à attirer davantage de talents.

En entretien d'embauche, le sujet de la RSE arrive souvent directement à l'initiative des candidats.

Les clients sont agréablement surpris des actions concrètes mises en place et attendent davantage de communication quand ils résident dans nos résidences.

Encore une fois, ce ne doit pas être un phénomène de mode mais une prise de conscience générale du bien-fondé de la démarche.

Beaucoup de collaborateurs proposent déjà des bonnes pratiques et/ou ont des connaissances sur le sujet. Je crois qu'il est important d'écouter. Ce doit être une démarche participative.

 

 - À votre avis, quel est le plus grand défi en terme de responsabilité sociale dans votre secteur d'activité?

La réduction d'énergie, et d'autant plus dans le contexte actuel.

A la fois pour des enjeux environnementaux mais aussi financiers car il en va de la rentabilité de certaines résidences.

Sur le sujet de l'énergie, il faut considérer la politique RSE dès le début du développement et des nouveaux projets.

Pour initier des économies et des changements structurels, plus les études seront faîtes en amont, moins les efforts financiers et humains seront importants à fournir par la suite.

 

 - A titre individuel, quelles actions concrètes RSE menez-vous au quotidien ?

Pour commencer, je ne dois pas forcément être prise pour un exemple ! Je fais des efforts parce que cela me plait et, dans un intérêt général, mais je rechute régulièrement. J'apprends. Je me rééduque perpétuellement.

En fait, je privilégie autant que possible les transports en commun mais je reprends aussi ma voiture quand cela me fait gagner un peu de temps…

Je suis de plus en plus attentive à la provenance des produits que je suis amenée à acheter.

Également, je crée régulièrement mes propres produits ménagers, de beauté ou de santé à bases de produits naturels.

Et je fais beaucoup de récupération d'objet et de vêtements, de réparation, recyclage et rénovation.

Même pour l'immobilier et le patrimoine, l'histoire des bâtiments est importante pour moi.

Également très investie dans la protection de la nature, je fais des dons pour la sauvegarde de certaines espèces animales et suis très intéressée par le développement des espaces naturels protégés.

 

- Que diriez-vous à vos homologues hésitants à l'idée de mettre en place une stratégie RSE ?

Il y a tout à y gagner !

Non seulement c'est une cause noble pour l'environnement, elle l'est aussi pour la qualité relationnelle avec les collaborateurs et positive pour les finances.

Je crois savoir que mes homologues sont tout autant engagés. Nous n'avons pas toujours tous le même niveau de sensibilité sur le sujet mais il y a une sincère volonté commune d'avancer ensemble.