Actualités

25 Novembre 2019A la une

MGMT, nom du groupe légendaire du milieu des années 2000. Leur premier album fut une révélation pour moi. Les deux membres étudiants à l’époque, avaient ainsi nommé leur groupe en référence aux cours de management qu’ils suivaient.

Pour ma part, Reside Etudes me donna l’opportunité de manager il y a une petite dizaine d’années. Cette responsabilité précoce, fut une véritable chance ainsi qu’un grand défi.

Je me devais de prendre de la hauteur et vite ! Ma jeunesse s’accompagnait de l’inexpérience. Et c’est naturellement, que j’optais pour le vouvoiement. Cette distance que j’imposais devait m’offrir légitimité et stature. 

 

Devenir manager

Je suis réellement devenu manager lorsque j’ai cessé de faire le manager. L’acte fondateur fut pour moi le passage au tutoiement. Je lisais récemment un article de Mohamed Achahbar sur le tutoiement radical dont les propos faisaient écho à mon expérience personnelle. Le vouvoiement était en réalité ma barrière de protection. En la brisant, j’acceptais donc de partager mon énergie et de profiter de celle de mes collaborateurs. Je me sentais aussi prêt à assumer d'être un leader par qui j’étais et non par ce que représentait ma fonction.

 

Trouver la richesse dans l’humain

Si nous sommes résolument tournés vers la performance et le résultat, nous devons, avant tout, nous intéresser à ceux qui produisent l’effort à nos côtés, les mettre dans les conditions pour donner le meilleur en restant eux-mêmes. Leurs personnalités sont autant de richesses pour l’équipe sur lesquelles il faut capitaliser.

J’évolue avec mes équipes et apprends grâce à elles tous les jours. J’ai aussi des exemples autour de moi, à commencer par mon propre manager. Les inspirations sont nombreuses et il n’existe pas de recettes miracles. Nous sommes juste "WIP",mais ca, on en parle plus tard.

Les membres du groupe MGMT s’étaient rebaptisés Make Great Music Today. De mon côté, je me permettrais de rebaptiser MGMT par Make Good Mood Together.